Crise agricole : de nombreux Etats membres appuient les propositions françaises

Lors du Conseil des ministres de l’Agriculture des 28 Etats membres qui s’est tenu ce lundi 27 juin 2016 à Luxembourg, et qui portait essentiellement sur la situation des marchés agricoles, le ministre de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt, M. Stéphane Le Foll, a exprimé la position française sur les mesures nécessaires pour stabiliser les marchés agricoles (dont lait, en particulier), conjointement avec la Pologne et l’Allemagne, également avec l’Espagne et l’Italie. Il s’est félicité du soutien d’une majorité d’Etats membres et des avancées de la Commission sur une incitation financière à la maîtrise volontaire de la production.

Retrouvez ses déclarations à la presse sur ce point :

PNG « Je suis venu aujourd’hui pour appuyer ce qu’on avait fait avec la Pologne et l’Allemagne à Varsovie, puis avec l’Italie et l’Espagne ; et ce matin, j’ai pu constater qu’il y avait une quinzaine de pays qui étaient sur la ligne qu’on avait définie. Qu’est ce qui est important maintenant ? C’est que la Commission, le Commissaire, ce matin, a quand même annoncé ce qui est pour moi un élément important, qu’il prenait en compte la nécessité de stabiliser, de maîtriser la production, dans le lait en particulier, et qu’il ferait des propositions à ce titre dès le mois de juillet, au prochain Conseil des ministres. Je ne peux que regretter qu’on ait à chaque fois besoin de prendre du temps, de perdre du temps, mais cette fois-ci, il y a quand même un point, qui après celui qu’on avait obtenu au Conseil extraordinaire du début de l’année, est un point très important puisque le Commissaire accepte, il a même dit qu’il allait prendre des mesures avec du financement pour la maîtrise de la production. Cela, c’est très important, c’est la première fois et c’est un élément que je tiens à souligner de la part de la Commission et de rappeler, je vous l’ai dit, qu’une quinzaine de pays maintenant sont sur la ligne que l’on a définie entre l’Allemagne, la France et la Pologne, rejoints par l’Italie et l’Espagne. Ce matin, c’était très clair(..).

Deuxième sujet que j’ai poussé, c’est le de minimis, c’est de dire qu’aujourd’hui, là-aussi on a besoin d’une décision ; Avec ce que nous avons subi en France, que ce soit les crises sanitaires, les crises des inondations, la crise économique, on est à la limite des plafonds des de minimis. On ne peut pas rester là, donc j’ai dit au Commissaire que je souhaitais aussi au mois de juillet qu’on ait un déplafonnement des de minimis, qu’on donne plus de souplesse aujourd’hui aux Etats. C’était le deuxième point.

Le troisième, j’ai évoqué les questions de la viande bovine, qu’on a un peu oubliées, pour demander qu’on ait des mesures de promotion et de crédits à l’exportation par ce que c’était absolument nécessaire. (…)

[Marges budgétaires]  : On va les chercher, on souhaite que la Commission nous fasse des propositions, et en particulier sur les marges de ce qu’on appelle « d’exécution » ou de « non-exécution » du budget, parce que nous ne sommes pas favorables en ce qui nous concerne au recours au fonds de gestion de crise. »

Résultats de la session du Conseil :

Dernière modification : 12/07/2016

Haut de page